Européens, libres, fiers, enracinés et solidaires

Pourquoi monte-t-on sur ses grands chevaux quand on en a ras le bol ?

Notre langue regorge d’expressions pittoresques que nous utilisons couramment sans y prêter plus d’attention. Ainsi, même si nous ne nous promenons que rarement avec un bol et encore moins avec de grands chevaux prêts à l’emploi, tout le monde connaît la signification des expressions précitées.

Mais d’où nous viennent-elles et pourquoi sont-elles entrées dans le langage courant ?

Prenons par exemple ce fameux bol, qui attend de se remplir pour déclencher notre -forcément- juste colère. Tout d’abord, cette expression est bien plus grossière qu’on ne le pense. En ancien français puis en argot, le bol ou le pot désignaient cette partie de l’anatomie sur laquelle nous pouvons nous asseoir. D’ailleurs, un mot bien plus vulgaire peut les remplacer à chaque fois qu’ils sont utilisés. Essayez vous même avec «avoir du bol ou du pot» par exemple…

L’adjectif ras désigne lui, dès le 12e siècle une mesure pleine mais qui ne déborde pas. On voit donc très bien apparaître la notion de récipient sur le point de déborder, sauf que le récipient en question n’est autre qu’une partie très sensible de chacun.

Il est alors plus que temps de monter sur ses grands chevaux!

Autrefois, les chevaliers partant en guerre n’avaient aucune envie de le faire sur des poneys. Au-delà de leur légitime souci d’éviter le ridicule, il était important pour eux de dominer le champ de bataille et éventuellement l’ennemi. Leurs fidèles destriers étaient donc les chevaux les plus grands et les plus robustes disponibles, quand leurs autres montures transportaient le matériel.

On partait donc au combat uniquement sur son grand cheval. On estime que c’est à partir du 16e siècle que l’expression est entrée dans le langage courant. Quitte à se laisser aller à son  emportement, autant le faire sur ses grands chevaux, là où il est en outre possible de regarder les importuns de haut.

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.