Notre contribution au réveil de la conscience européenne

[et_pb_section admin_label= »section »][et_pb_row admin_label= »row »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Livr'arbitres Hors-série numéro 3Je publie aujourd’hui l’intégralité de notre contribution au numéro hors-série de la revue littéraire Livr’Arbitre paru à l’occasion du colloque 2016 de l’Institut Iliade. J’en profite pour inviter celles et ceux de nos lecteurs qui apprécient les belles lettres à découvrir la revue, par l’intermédiaire de son site Internet. Celle-ci est également disponible à la lecture au sein de la bibliothèque de la maison des Elfes.

Ce texte ne surprendra pas ceux d’entre vous qui suivent l’association Des racines et des Elfes depuis longtemps et connaissent donc ses objectifs et ses méthodes. Il permettra sans doute au visiteurs de passage ou à nos soutiens plus récents de mieux comprendre ce qui fonde notre action.

Un réveil entamé mais peu assuré

Quelques éléments qui peuvent paraître anecdotiques pris séparément révèlent, une fois rassemblés, que les Français et les Européens sont de plus en plus nombreux à prendre conscience de leur identité propre. Il en va ainsi de l’intérêt renouvelé pour l’Histoire, à travers les manifestations organisées, par exemple, autour de l’époque médiévale, de la réussite des parcs à thème historique, du développement des recherches généalogiques et des succès littéraires en matière de vulgarisation de l’Histoire.

Ce réveil s’appuie évidemment sur un communautarisme grandissant, fruit d’une mondialisation mal maîtrisée et du sentiment de dépossession qui accompagne les évolutions culturelles et démographiques en cours. Il se traduit politiquement par la montée en puissance de forces politiques perçues, à tort ou à raison, comme les représentantes d’un peuple autochtone en mal de considération et de reconnaissance.

Pour autant, on ne saurait se satisfaire de la situation. D’abord parce que ce réveil tant espéré est loin d’être unanime et que bon nombre de nos compatriotes, s’ils partagent nos craintes pour l’avenir, ne s’engagent pas pour faire changer les choses. Ensuite car le réveil apparent d’une majorité trop silencieuse est parcellaire, s’appuyant avant tout sur des considérations triviales sans pour autant être insignifiantes, telles que l’insécurité galopante ou les difficultés économiques.  Enfin parce qu’il nous semble que la solution politique entrevue, espérée et attendue par beaucoup demeure incomplète, incertaine et soumise à des aléas que nous ne maîtrisons pas.

Retrouver la conscience de former un peuple

Pourtant, au-delà des problèmes du quotidien, ce sont aujourd’hui les fondements même de notre civilisation qui sont attaqués de toutes parts. Les effets mortifères d’un universalisme omniprésent, le matérialisme débridé de nos compatriotes, l’individualisme poussé à son paroxysme sapent peu à peu les fondations d’un édifice patiemment construit au fil des siècles. Nous ne pouvons pas demeurer sans réaction face à un phénomène de cette ampleur et de cette gravité. Certains s’en accommodent tant bien que mal, d’autres l’encouragent, c’est leur choix. Nous avons choisi d’y faire face par respect pour nos aînés et car nous avons le souci de l’avenir de nos enfants.

Pour retrouver notre souveraineté, sauvegarder notre patrimoine commun, transmettre nos valeurs et préparer notre avenir, encore faut-il que nous ayons conscience de former un peuple. C’est pourquoi il nous semble aujourd’hui nécessaire d’effectuer un travail de réveil et de réenracinement auprès des Européens qui, pour beaucoup, ne savent plus qui ils sont, d’où ils viennent et comment retrouver l’élan vital qui leur permettra d’envisager à nouveau un avenir prospère et serein pour les leurs.

Ce travail doit être mené en restant au plus près des préoccupations des gens et dans tous les secteurs qui touchent à leur vie quotidienne. Dans de nombreux domaines, il est possible de mener des actions alternatives à celles qui sont conduites habituellement par d’autres que nous. Les questions d’environnement, d’éducation, de culture ou de solidarité par exemple méritent d’être abordées avec une approche éthique qui tienne compte du respect et de la transmission de notre identité de Français et d’Européens.

Notre contribution et notre façon de travailler

C’est dans cet esprit qu’a été fondée l’association Des racines et des Elfes, à la fin de l’année 2008, alors que les prémices du réveil auquel nous assistons se mettaient en place. Elle rassemble des Européens, Libres, Fiers, Enracinés et Solidaires, les Elfes.

Notre initiative est née d’un clin d’œil lancé aux internautes qui a rapidement pris des proportions inattendues. En quelques semaines, une association était crée à partir d’une simple idée : rassembler géographiquement  des personnes de bonne volonté pour mener des actions concrètes dans le sens de celles énoncées plus haut. Quelques mois plus tard, à la mi-2009, un lieu était investi en Bourgogne, des volontaires mobilisés et les premières sessions de travaux organisées.

C’est ainsi qu’autour de locaux industriels à l’abandon et dégradés, naquit peu à peu la maison des Elfes, un local d’animation et de rencontre qui accueille ponctuellement les activités de l’association et des manifestations conviviales.

Dès le début, nous avons souhaité donner à notre combat métapolitique deux dimensions complémentaires, locale et globale. C’est ce qui fait l’originalité de notre association. Nous le devons aux nombreux soutiens reçus, de France, d’Europe et d’ailleurs  et aux fortes attentes de celles et ceux qui regardent de loin notre travail comme une œuvre salutaire et exemplaire. Aussi souvent que possible, nous veillons à mener nos actions simultanément dans ces deux dimensions.

La dimension locale de notre action et de nos projets s’inscrit dans un territoire, celui qui accueille notre implantation de la maison des Elfes, au cœur de la Bourgogne, en bordure du parc naturel régional du Morvan.  Des origines nous conservons le souhait d’accueillir de nouveaux arrivants, familles et individus désireux de s’installer à la campagne et de s’investir activement dans la maîtrise de leur environnement proche avec d’autres foyers amis.

Plus globalement, notre volonté est de contribuer efficacement à la renaissance d’une conscience européenne bâtie sur un socle existant solide mais ouverte sur le présent et positive face à l’avenir, irriguée par « la rivière souterraine de nos traditions » sans se couper des évolutions en cours, notamment technologiques et scientifiques.

Quatre domaines d’intervention privilégiés

Nos projets se déclinent principalement dans quatre domaines que nous avons définis en commun, l’environnement, la culture, le patrimoine et la solidarité. Ils sont mis en œuvre dans le souci du bien commun et dans un état d’esprit constructif.

Verger conservatoireEn matière d’environnement, l’idée qui sous-tend notre action est la réappropriation de notre souveraineté alimentaire dans le cadre d’une alimentation de qualité, ce qui est aujourd’hui refusé à la majeure partie de la population européenne au nom du productivisme agricole et de la loi du marché. Cette idée nous porte naturellement vers la culture biologique et la permaculture. A notre échelle, nous gérons un potager communautaire de 500 mètres carrés qui nous permet d’expérimenter de nombreuses techniques s’appuyant sur les pratiques du passé et les développements récents des connaissances scientifiques.

Dans ce même souci de maîtrise de notre alimentation, nous souhaiterions favoriser l’installation de paysans partageant notre vision autour de notre base bourguignonne.

Dans le champ culturel, un énorme travail est à mener pour contrebalancer les effets dévastateurs pour l’identité européenne de l’hégémonie américaine et, en France tout particulièrement, de la culture officielle, dont c’est peu dire qu’elle véhicule quasi-exclusivement des valeurs antinomiques à celles que nous portons. Nous souhaitons donc tout particulièrement favoriser l’émergence d’artistes capables d’apporter dans leurs domaines respectifs le souffle nouveau, la forme, qui entraînera le grand public français et européen sur la voie d’une renaissance artistique bâtie sur un socle traditionnel solide, le fond. Notre site Internet propose d’ailleurs de nombreuses idées sur le sujet, dont la plupart restent à mettre en œuvre. Avis aux amateurs !

Matériel ou immatériel, connu ou méconnu, notre patrimoine fonde sa richesse sur une diversité qu’il est primordial de préserver et de transmettre. Nos projets dans ce domaine sont menés avec le souci de rendre accessibles au plus grand nombre l’histoire, la culture et les traditions françaises et européennes. Notre action se porte d’abord vers les jeunes générations qui, demain, devront continuer à porter le flambeau de la mémoire si nous voulons qu’il demeure un espoir de renaissance et d’indépendance pour nos peuples.

Chaque année depuis 2011, nous éditons le calendrier du patrimoine qui présente 12 lieux connus ou méconnus de France, accompagnés d’un long texte explicatif et de rappels historiques. Nous organisons également des visites touristiques et des conférences autour de sujets patrimoniaux ou historiques. Je profite d’ailleurs de cette tribune pour inviter les conférenciers éventuels à nous contacter.

Pour l’année 2016, notre projet phare intéressera les lecteurs de Livr’Arbitres puisqu’il s’agit d’ouvrir au public une bibliothèque de prêt alternative et conservatoire. Ce sera l’occasion pour nous de multiplier les initiatives autour de la langue et du livre, comme le concours de nouvelles que nous lancerons prochainement.

Notre vision de la solidarité repose sur le principe de l’entraide et le refus de l’individualisme, à l’opposé de la notion d’assistanat institutionnel qui sape les fondements de la vie communautaire. Nos projets dans ce domaine s’orientent tout naturellement vers l’aide aux familles, supports de base des grandes et petites communautés qui forment un peuple, mais aussi vers le soutien aux jeunes et aux aînés. Nous avons par exemple mis en place un vestiaire enfants qui permet aux familles de s’habiller à moindres frais ou de s’équiper lorsque bébé paraît.

Redonner à chacun le goût de l’action

Tous ces projets, ceux qui vivent déjà et ceux qui n’attendent que les bonnes volontés pour se développer, peuvent sembler dérisoires par rapport à l’ampleur de la tâche. Nous croyons cependant à la vertu de l’exemple et notre vœu le plus cher est de redonner à chacun le goût de l’action, l’envie de quitter son ordinateur, son téléphone mobile pour s’engager pleinement dans la grande bataille du réveil des consciences. Nous voulons servir de catalyseur d’énergies et permettre à chacun, quel que soit son domaine de prédilection, de trouver et de prendre sa place parmi nous pour  participer à cette formidable aventure, sans doute l’une des plus exaltantes à vivre aujourd’hui pour qui souhaite assurer la pérennité de son peuple et de sa civilisation.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Olivier

Co-fondateur et porte parole de l'association, j'assure également l'animation de son site Internet.

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.