Soucieux de développer notre autonomie alimentaire à la maison des Elfes, non seulement dans un souci d’économie mais également pour améliorer la qualité de notre alimentation, nous entretenons depuis deux ans un petit potager qui nous sert par ailleurs de base d’expérimentation tout en revêtant une dimension pédagogique que nous souhaitons renforcer.

Notre potager au mois de  mars 2014

Les beaux jours que nous avons connus durant la période récente nous ont permis de démarrer les travaux au potager en avance par rapport à l’an dernier. Dès le mois de février, les premières tâches préparatoires ont été accomplies. Il nous a fallu bêcher et retourner toute une nouvelle parcelle, mais aussi en retirer les nombreuses pierres qui s’y trouvaient et dont vous pouvez avoir un aperçu à droite de la photo ci-dessus. Des rameaux de bois ont été ajoutés à la terre pour permettre son enrichissement progressif. Nous avons finalement plus que doublé la surface cultivée en 2013 et les différents espaces dévolus aux cultures totaliseront donc cette année près de 300 mètres carrés. Nous essayerons d’augmenter encore cette surface dans les années à venir.

Les premières plantations ont débuté il y a déjà plus de 15 jours, en commençant comme il se doit par les fèves et les pois, légumineuses source d’azote pour les cultures suivantes. Ces précurseurs ont rapidement été rejoints par les ails, poireaux, carottes, navets et autres oignons. Plus récemment, fraisiers et laitues se sont installés au potager. Dans le même temps, les premières pousses de concombres, haricots, courgettes, tomates et poivrons ont fait leur apparition dans 300 godets de récupération.

Dans le cadre de nos expérimentations, nous avons installé trois buttes de permaculture devant l’hôtel à insecte. Sur un lit de rameaux frais nous avons étalé de la terre de surface récupérée dans les allées du potager puis nous avons recouvert le tout avec une bonne couche de compost réalisé à partir de nos déchets de jardinage et de cuisine. Une bâche recouvre le tout pour le moment afin d’accélérer la décomposition du tout en attendant la plantation des premiers plants, a priori vers la fin mai.

Les buttes de permaculture

Nous avons choisi de planter également quelques spécimens de plantes perpétuelles et vivaces qui devraient contribuer à limiter le tavail sur cette parcelle dans les prochaines années. Il s’agit d’ail rocambole, d’oignon rocambole, de poireaux perpétuel, d’artichaut gros vert de Laon, d’artichaut violet de Provence, de chou perpétuel Daubenton, de chénopode Bon-Henri et de deux pieds de rhubarbe.

Les plantations seront complétées par la mise en place de pieds d’herbes aromatiques et médicinales, dont l’interaction avec les insectes bénéfiques et néfastes au potager sera étudiée. Nous ajouterons peut-être quelques arbres, dont les racines profondes permettront d’alimenter en phosphore la surface des cultures.

Toutes les plantations et semis ont été effectués en tenant compte des associations de plantes recommandées et en évitant les voisinages indésirables.

Gageons que dès la seconde moitié du printemps, les visiteurs de passage à la maison des Elfes se régaleront des premiers fruits et légumes nés du travail des bénévoles, même s’il faudra attendre le plus fort de l’été pour tirer tout le parti d’un potager modeste par ses dimensions mais riche de sa diversité.