Européens, libres, fiers, enracinés et solidaires

Franglais : la grande substitution ?

« Parlez-vous franglais ? » demandait René Étiemble en 1964 dans un livre qui dénonçait l’invasion du « sabir atlantique ». Cinquante ans après, vient de paraître « Parlez franglais ! » d’un certain Paul Larreya. Étiemble appelait au sursaut, Larreya  prône la soumission.

Comme ce dernier, ils sont nombreux les chantres de la soumission culturelle. Ne pouvant nier l’intrusion - à visage découvert (feeling) ou en tenue de camouflage (scène de crime) - de milliers d’anglo-américanismes de tout poil, ces bons apôtres du vivre-ensemble linguistique s’efforcent tantôt de minimiser le phénomène, tantôt  de le justifier.

Franglais : la grande substitution ?

Simple mode, disent-ils par exemple. Plaisante mode qui dure et dure. S’il est vrai que des élites urbaines aiment à se parer des plumes de l’aigle états-unien, les branchés ne doivent pas cacher la forêt. L’américanomanie n’est plus l’apanage de groupes ou de domaines particuliers, mais elle s’est propagée à des degrés divers dans tout le corps social et dans l’ensemble des secteurs d’activité.

Tout cela n’est pas si grave, ajoutent-ils. Une bonne partie de ces emprunts avaient été imposés à l’Angleterre par Guillaume le Conquérant. Ils ne font que rentrer au bercail. La belle affaire ! Les soldats de la Wehrmacht étaient-ils plus légitimes sur notre sol quand ils avaient des ancêtres huguenots ? Et puis marketing peut bien venir de marché, coaching de coche, ils ne sont français ni phonétiquement ni par la graphie.

Mais l’argument le plus employé par les adeptes du nouveau parler « gallo-ricain » est l’enrichissement que nous apporteraient les mots venus d’ailleurs. Certes, toute langue vivante va chercher ici ou là des éléments pour nommer les phénomènes et les concepts qui ne lui sont pas familiers. Personne ne s’offusque que le français ait intégré récemment tsunami ou djihad. Mais c’est à  tout autre chose que nous assistons : à l’arrivée continue dans notre langue, notre quotidien  et sur les murs de nos villes, d’un flot sans cesse grossissant de « chances pour le français » en provenance des seuls États-Unis. Une fois installés, ces vocables prolifèrent et bousculent notre syntaxe en s’associant à la mode anglo-saxonne. Comme la famille « box » qui compte déjà une cinquantaine de membres !

À de rares exceptions près, ces « apports » n’apportent rien. Qu’expriment en effet  burn-out, story ou booster qu’épuisement, histoire ou dynamiser ne diraient pas ? Mots inutiles par conséquent, et donc nuisibles car ils prennent indûment la place de leurs équivalents bien français, menacés de  prendre « rouille pour avoir été […] hors d’usage » (Henri Étienne).

Simple reflet de la puissante séduction de Wall Street et d’Hollywood, effet d’une volonté hégémonique ou expression d’une sorte de jacobinisme mondialiste ? La question est posée. Quoi qu’il en soit, si nous n’y prenons garde, cette entreprise de substitution, inédite, de grande ampleur et qui touche la langue au cœur (déjà plusieurs centaines de verbes recensés), menace de faire du français « de l’anglais mal prononcé », pour reprendre à l’envers le  mot de Clémenceau. Souvenons-nous que les langues sont mortelles.

1 commentaire

  1. Licorne sur 24 octobre 2016 à 16:42

    Ce phénomène est en effet insupportable. J’ai écrit par deux fois cette année, une fois à la fondation « Aviva », une autre fois récemment au magazine culturel de la ville de Vichy (rubrique Patrimoine svp): Dans leur prose, il etait question d’entreprises ou de villes qui devaient « candidater » ! Ahahahah ! Molière, reviens-nous pour brocarder ces précieux ridicules ! Puisse la peste bubonique les estouffer!

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.